En plein coeur de l’hiver, quoi de mieux qu’une petite randonnée sur des sommets enneigés ? 


Le Pays de Dun est une terre d’aventure ! Ses montagnes, ses collines et ses marais sont à ne pas manquer et c’est donc là que je vous propose notre prochaine étape horsmapesque. 

Un passage que je pensais jusqu’ici impossible, mais rendu faisable grâce à une technique d’exploration perfectionnée au fil des années. Et oui, l’explorateur s’aguerrit…

Pour les habitués, nous avions déjà traversé les Monts Brumeux, un peu plus au sud du col de Methedras. Aujourd’hui, nous passerons au nord !


Raquettes, skis, gants, bonnet, combinaison adaptée, matériel d’escalade en milieu glacier, c’est bon, je crois que je n’ai rien oublié !

C’est donc le sac à dos plein que je débute l’aventure du jour au petit matin, depuis le village de Tâl Methedras, repaire du clan du Faucon.

L’activité du village est au point mort lorsque je le traverse, et c’est pas plus mal ! Je n’ai aucunement l’intention d’ébruiter cette aventure et la discrétion est de mise lorsque vous avez à faire aux gens du Pays de Dun.

Voici l’objectif du jour ! Me rapprocher le plus possible du Methedras, et cette fois-ci, j’ai décidé d’attaquer le taureau par les cornes ! Fini les aventures du dimanche, au sud du col par des accès faciles, aujourd’hui j’escalade le col depuis la vallée à ses pieds !

La première partie du chemin est plutôt tranquille et me permet de me chauffer un peu les jambes. Le versant n’est pas trop pentu, et au milieu d’un bosquet je distingue même une petite vallée que je pourrais suivre pour grimper facilement un peu plus haut.

Comme toujours sur les hauteurs de la Terre du Milieu, certains arbustes semblent refuser tout enneigement. Ce n’est pas pour me déplaire, mais j’ai toujours trouvé ça assez louche…

L’ascension est tellement simple que je me surprend à siffloter et je suis à deux doigts de sortir ma pipe…

Me voilà arrivé au bout du chemin que j’empruntais depuis mon départ. Celui-ci semble s’arrêter là, au nord du Methedras, et j’ai l’impression qu’il n’est pas recommandé de continuer par là… Est-ce la présence de Saroumane non loin d’ici qui m’intrigue autant ?

Bon, il me faut prendre une décision… La première partie du voyage était d’une simplicité absurde, mais au final, me voilà bloqué dans un endroit peu fréquentable rempli de forces invisibles qui me donnent envie de rebrousser chemin.

Le sommet est encore loin, et ce versant ne m’inspire guère…

Puisque le nord du Methedras n’est pas accueillant, allons donc faire un tour un peu plus au sud !

L’idéal serait de garder la hauteur acquise et ne pas redescendre trop bas… Je vais donc contourner le sommet par l’ouest et me glisser, d’une façon ou d’une autre, un peu plus au sud.

J’ai rangé mes sifflotements et ma pipe est bien au fond de mon sac, fini la plaisanterie ! J’ai réussi à contourner le village tout en gardant une altitude correcte, et il semble que je sois toujours en vie !

Au sud du col, le terrain parait un peu plus praticable… L’ascension ne sera pas de tout repos, mais je pense pouvoir y parvenir !

Il est grand temps de sortir le matériel d’escalade ! La neige sur ces hauteurs se transforme peu à peu en glace et je ne tiens pas à ce que mon corps soit retrouvé 1000m plus bas… La moindre glissade non contrôlée et s’en est fini de Yao. Soyons prudents !

Quelques minutes plus tard, la partie la plus difficile du voyage touche à sa fin. J’arrive enfin sur les hauteurs du Methedras ! J’en profite alors pour reprendre un peu mon souffle en profitant de la vue sur le village du clan du Faucon…

Encore quelques mètres et je pourrais savourer ma victoire !

En haut !!! Enfin ! Je découvre un endroit assez large qui me permet d’admirer les deux versants de la montagne ! Je laisse le pays de Dun à l’Ouest, pour découvrir…

…l’Isengard à l’Est ! Magnifique vue qui ne me fait pas regretter mon expédition ! La météo est presque parfaite !

Vue d’ici, la tour d’Orthanc me parait bien petite, au milieu des montagnes…

Loin à l’Est, je distingue même les premiers arbres de la forêt de Fangorn. Sublime !

Que faire maintenant ? Tenter de grimper sur la plus haute cime du Methedras ? J’ai un peu peur de tomber pour être franc… De plus, je suis quasi certain que Saroumane surveille l’endroit…

Si je souhaite retourner au Pays de Dun, la descente se fera en ski !

Maintenant que je suis là, autant poursuivre un peu vers le sud, non ? Mais pas trop longtemps, car je sens l’orage approcher…

La fin des Monts Brumeux est toute proche, mais j’aperçois quelques mètres plus loin une espèce de route au milieu de la montagne… Qu’est-ce donc ?

J’essaie de m’approcher un peu tout en évitant de tomber en direction de l’Isengard. La chute ici est surement mortelle…

Des lumières ? Y’a t’il de la vie à une telle hauteur ? Je sors mon épée au cas où…

En m’approchant, je découvre un endroit particulier, éclairé aux chandelles et dominant le Pays de Dun et l’Isengard.

Mais… Cette route me parle… Pas vous ?

Oh mais bien sûr ! Il s’agit d’un endroit que les amateurs d’escarmouches ont déjà fréquenté à de nombreuses reprises ! L’Orage sur Methedras, voilà, c’est ça !

A y regarder de plus près, il semblerait que l’endroit soit aujourd’hui désert. Plus de petites huttes, plus de méchants hommes du pays de Dun… rien !

Inutile donc de trop traîner ici…

Il est temps pour moi d’enfiler mes skis, et de me diriger vers l’Ouest. A moi la descente sur la piste du Faucon.


C’est terminé pour ce voyage enneigé sur les hauteurs du Methedras ! Un clan du Faucon, une Tour d’Orthanc, et un Orage sur le col, ce fut un charmant programme.

Découvrez toutes les photos inédites de cette aventure sur l’album dédié.

A bientôt,

~Yao

3 Comments

  1. Ouah !
    Je suis surpris de voir Isengard aussi près. Dans mon esprit c’était bien plus au sud. Et là de voir le Pays de Dun et Isengard dans un même panorama ça remet les idées en place.

    Tout ça me donne une idée de hobby supplémentaire. Le parapente. Imaginez un peu, devoir trouver les pistes secrètes qui mènent aux meilleurs spots, déployer sa toile et se jeter dans le vide, puis se laisser porter jusque dans les plaines bien plus bas, de longues minutes à profiter d’un point de vue inédit sur la Terre du Milieu … ça laisse songeur…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.