Les collines sauvages du Tâl Bruinen

L’explorateur de retour aux affaires au pays d’Elrond…


Un petit moment que je n’avais pas eu le temps de vous proposer une aventure inédite ici ! C’est donc reparti aujourd’hui avec un vieux voyage que je gardais en stock, dans la Trouée des Trolls. 

Je vous propose donc de découvrir sous un angle un peu particulier les collines faisant face à Echad Candelleth.

Pour les amateurs, j’ai déjà arpenté ces collines à l’Est, en direction de l’Eregion. Revivez cette aventure ici.


L’aventure du jour débute non loin de Cirith Ulunn. Quoi, vous ne remettez pas l’endroit ? Mais si, voyons, c’est là que vous avez surement chassé de nombreux rampants et vers pour la prouesse de tueur associée…

Quelques tours de passe-passe plus tard et je me retrouve sur les hauteurs interdites de cette colline géante qui sépare la Haute Lande de l’Eregion.

En haut, le paysage est sublime ! La vue au sud et à l’Ouest est complètement dégagée et j’aperçois même la cité dévastée de Gwingris au loin.

A l’Est, je pourrais aisément rejoindre le Val des Géants si j’avais la faculté de grimper sur les murs invisibles…

J’ai toujours été un grand fan de ce ciel violacé qu’on ne trouve que dans certaines régions de la Terre du Milieu (Evendim, Enedwaith, Eregion … ?).

Au nord, Cirith Ulunn et la Haute Lande, rien de très folichon de ce côté là de la colline.

Puisque le Nord ne propose pas de jolies vues, dirigeons nous donc au sud et à l’est !
Et évitons soigneusement ces fichus murs invisibles… 

Cette photo est très parlante lorsqu’il s’agit de voir la différence de végétation entre l’Eregion et la Trouée des Trolls. La Trouée est arpentée par des arbres aux feuilles jaunes et orangées alors qu’en Eregion, la végétation est beaucoup plus rougeoyante.

Sur la falaise, à l’Est, je me délecte de la vue sur le Bruinen et sur la région du Tâl Bruinen. Si l’eau du fleuve était un peu plus profonde, je serais presque tenté par un petit plongeon, mais là, c’est la mort assurée !

Oh la jolie vue sur Echad Candelleth ! J’ai toujours adoré cette citée, niché au sommet d’une colline et sur les bords d’une falaise. Combien de fois suis-je mort en sautant du haut de ce campement ? Tout ça parceque j’avais la flemme de faire le tour pour redescendre…

Reprenons la direction du sud et de l’Eregion pour y découvrir un lac un peu particulier (que vous pouvez apercevoir ici), perdu sur un plateau inaccessible. Au centre de cette colline que nous ne sommes pas censé visiter, la végétation disparaît pour laisser place aux fameuses étendues vertes que j’affectionne particulièrement !

Un peu sur ma droite, je distingue une autre étrangeté : un amas de rochers qui semblent former un cercle un peu particulier.

En m’approchant un peu, je finis par mettre un nom sur cet endroit : Delossad !
Je pensais que la cité était enfouie dans les montagnes et non pas dans un amas de rochers qui ne semblent être là que pour lui servir de toit.

Je me risque à sauter sur les “toits” de la prison elfique d’Amarthiel. Comme souvent dans le jeu, ces “toits naturels” sont en fait des trompes l’œil. En effet, tous les rochers sont “transparents” et me laissent donc apercevoir ce qui se trouve juste en dessous.

Ce toit rocailleux est en fait un gigantesque mur invisible, transparent, situé à la même hauteur que la cité d’Echad Candelleth.

Inutile donc de sautiller comme un forcené, il me suffit de marcher avec prudence pour arpenter cette énorme structure. Lorsque les rochers sont “plus hauts” que le toit invisible, je les traverses, lorsqu’ils sont plus bas…

… je marche dans le vide ! Quoi, vous n’aviez jamais vu de chèvres volantes ?

Je me demande si ces piliers sont là pour la déco, ou pour empêcher la structure de rochers de s’écrouler et ainsi d’engloutir Delossad…

C’est donc sur ces étrangetées que nous terminons l’aventure du jour. Impossible pour moi de traverser Delossad pour filer en Eregion, puisque les développeurs ont bloqués toute la zone au sud par des murs invisibles (verticaux, cette fois-ci) en pagaille.

Tant pis pour moi, la balade était rapide mais pas moins instructive. Adieu, chèvre volante !


Une douzaine de photos inédites sont disponibles sur l’album dédié.

Alors, vous aussi vous êtes surpris par l’apparence de Delossad vue d’en haut ?

A bientôt,

~Yao

One thought on “Les collines sauvages du Tâl Bruinen

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :