Taur Orthon : Complètement givré ! (1/3)

Décidément, il n’y a plus de saisons…


Je sais, je sais… Un moment que vous n’avez pas eu votre petite dose de hors-map vous aussi ? Eh bien c’est l’heure du rattrapage !

Un disque dur qui nous quitte en embarquant avec lui tous les passages que j’avais prévu ce mois-ci (quand on vous dit qu’il faut sauvegarder vos données bon sang !) et voilà comment se retrouver avec un mois de mars totalement vide (ou presque) sur Les Ballades.

Séance de rattrapage aujourd’hui, donc, et nous filons directement dans le Forochel pour une aventure en 3 parties.


De la neige ! En plein printemps, franchement…

Lorsque je suis parti à l’aventure, ce matin-là, c’est avec une énorme méfiance.
Des amis me répètent depuis des lustres “va au Forochel ! C’est super chouette et tout et tout. En plus les paysages sont sublimes”…

“Super chouette”, mon oeil ! A peine débarqué dans la région, tout juste sorti de l’Evendim que je désespère déjà.

De la neige de partout ! Et ce petit vent bien froid qui va avec, bien sûr… S’ils m’avaient dit que ce pays était un vrai frigo ambulant, je serais très certainement resté au chaud.

Bref, j’ai une réputation d’explorateur à tenir et j’ai promis de leur ramener quelques photos afin de prouver que j’ai bien mis les pieds au Forochel. J’ai donc préparé mes affaires et suivi la route qui part de l’Evendim, mais après quelques heures à râler contre la météo, je ne suis plus en mesure de retrouver mon chemin.

Il faut dire qu’avec toute cette neige et le froid qui embrume mon esprit, je n’ai plus les idées claires. Je prend donc un peu de hauteur afin d’avoir une vue d’ensemble du paysage.

Mouais… je ne suis pas bien plus avancé ! Allez, je grimpe encore un peu.

Plus je grimpe, plus j’ai froid, plus ça m’énerve et je commence vraiment à en vouloir à mes amis de m’avoir fait venir ici.

De la neige, de partout et à perte de vue ! Des montagnes enneigés, des sapins enneigés et des routes qu’on ne distingue même plus.

Bon, j’essaye de retrouver une petite partie de mes capacités mentales. Je viens de l’Evendim, au sud, et je me dirige vers le Forochel, au nord.

L’Evendim est visible depuis les hauteurs, je me tourne donc de l’autre côté…

En regardant les montagnes, je me dis que la route doit forcément passer par cette petite vallée.

Je traverse donc le col en direction du nord, me perdant une nouvelle fois dans cette forêt blanche.

A peine le col de passé que le brouillard envahi le paysage. Manquait plus que ça tiens !

D’après ceux que je considérais comme des amis jusque là, le village de Kauppa-Kohta devrait être ma première destination. Il serait situé non loin d’un étang (probablement gelé par cette température) et je n’aperçois ni l’étang, ni le village en regardant loin à l’Est.

Après quelques heures de marche dans le froid, je distingue enfin l’étang à l’Ouest !

Le village doit donc être situé aux pieds de cette colline solitaire perdue au milieu de la neige.

A l’Est, la forêt et les montagnes blanches ne sont pas du tout accueillantes. Je me demande bien quel genre d’individu peut vivre dans un tel frigo toute l’année !

Une heure plus tard, je ne sens plus mes pieds et mon nez est totalement gelé. Ah, j’oubliais, une hallucination probablement due à la température négative car j’ai une vision de Mammouth qui reviens sans cesse.

Des tentes ! Les mecs vivent au milieu de la neige et ils n’ont même pas construits de chalets bien douillets ni de maison mais de vulgaires tentes… Je redoute d’avance la nuit qui m’attend, hélas, il est trop tard pour faire demi-tour.

Demain, je ferais le tour du lac et hop, je me tire de ce pays gelé !


Suite de l’aventure en cliquant ici.

A bientôt,

~Yao

One thought on “Taur Orthon : Complètement givré ! (1/3)

  • Avec tout ce qu’il tombe dehors en ce moment, tu as déjà bien de la chance qu’il neige pas ;).
    En tout cas, tu traverses des jolies paysages forestiers enneigés.
    RIP ton disque dur…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :