Trouée du Rohan: la cachette de Wulf (2/5)

Deuxième partie de notre aventure dans la Trouée du Rohan. 


Après avoir quitté les gués de l’Isen, nous voyageons toujours en direction de la faille de Wulf, en compagnie de Delbenneth.

La Trouée du Rohan nous réserve de belles surprises, je laisse Delbe’ vous raconter celle-ci.


Ce jour, moi, soussignée Delbenneth, écrit cet article. La raison officielle de ce changement est que Yao apprécie mes articles – la raison officieuse est qu’il commence à manquer d’inspiration, à force d’articles, mais ça, je ne suis pas censée vous le dire. Aussi ai-je la lourde tâche de ne pas le décevoir, ni vous. Fort heureusement, je serais aidée par le magnifique passage qu’a choisi notre maître en escalade – la très grande zone au sud de la carte de la Trouée du Rohan – et que j’ai pris un grand plaisir à parcourir en sa compagnie.


Fallait-il que le destin mît ce hobbit sur mon chemin à nouveau ? Je me retrouvai embarquée dans un voyage inconnu par ma curiosité naturelle pour les sentiers perdus, pour la troisième fois.

ScreenShot00865

Il me fallait admettre que les hauteurs au sud du Pays de Dun permettaient d’observer la vallée avec une tranquillité étrangère aux terres en dessous de nous.

ScreenShot00862

À la lumière de l’aube, les villages des Hommes du Pays de Dun étaient facilement visibles – et ce, sans qu’ils ne pussent nous voir.

ScreenShot00870

De l’autre côté, vers le Sud, nous ne pouvions voir que des montagnes à perte de vue. Je savais qu’il s’agissait d’un des chemins menant au Gondor, mais les Montagnes Blanches possédaient une sombre réputation et, bien que Yao voulût y « jeter un œil », je l’en dissuadai.

ScreenShot00880

Par chance, la tour que nous voyions depuis la veille attirait suffisamment sa curiosité pour que notre chemin fût tout tracé. Néanmoins, si le passage que nous empruntions se trouvait calme et tranquille par sa distance avec les conflits – semblent-ils immémoriaux – entre le Rohan et le Pays de Dun, ses terrains escarpaient ne facilitaient guère l’avancée de nos montures. À mon grand désarroi, notre avancée fut lente et entrecoupée de pauses pour que les bêtes puissent se reposer et paître – accompagnées par un hobbit heureux.

Nous gardâmes l’objectif d’atteindre la tour, bien que la grande distance à parcourir fut nette, ainsi que l’impossibilité de l’atteindre avant le coucher du soleil. Je songeai que son édifice devait être d’origine gondorienne, ce qui ne serait guère étonnant par la proximité des frontières au sud.

ScreenShot00893

Après de très longues heures à parcourir ces vallons, il nous fallait lever la tête pour apercevoir la tour de guet – et le soleil qui disparaissait peu à peu à l’horizon.

ScreenShot00901

À notre gauche, les hautes montagnes s’éloignaient de nous, et laissaient place à une nature luxuriante.

ScreenShot00905ScreenShot00917

Le soleil se coucha, et mon compagnon de voyage requit de camper où nous nous trouvions. Je refusai. Nous étions trop à découvert en ces lieux, et trop proches de l’immense camp où se rassemblait une armée constituée de malfrats et de – hélas – personnes contraintes à se battre. Je connaissais les talents de ces Hommes pour la traque et la chasse, aussi forçai-je Yao à continuer.

ScreenShot00925ScreenShot00018

Avec les derniers rayons du jour, les Montagnes Blanches se parèrent de noir, et leur apparente quiétude me poussèrent à raconter les histoires liées à celles-ci à mon compagnon. Bien qu’il les connût, elles eurent le mérite de faire passer le temps plus vite.

ScreenShot00935

Plus rapidement que je ne le songeai, nous parvînmes au pied de la colline où la tour de guet était perchée.

ScreenShot00951 ScreenShot00963

Nous découvrîmes ses évidentes origines gondoriennes, ainsi que son état avancé en tant que ruine. Malgré sa position intéressante, ainsi que la vue panoramique qu’elle avait dû offrir auparavant, elle était abandonnée et aucun signe d’une quelconque occupation récente n’était visible.

ScreenShot00026

Je considérai le lieu comme idéal pour camper cette nuit – semble-t-il au grand soulagement de nos montures. Yao et moi nous octroyâmes néanmoins une minute pour profiter de la vue et regarder le grand camp de la Faille de Wulf.

ScreenShot00973

En nous installant, nous jetâmes un regard vers l’Ouest. Hélas, une autre montagne cachait les landes que nous allions parcourir le lendemain…

Delbenneth


La partie 3 vous attends ici !

A bientôt,

Yao

4 thoughts on “Trouée du Rohan: la cachette de Wulf (2/5)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :